Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

Jano Calment

Avèn reçaupu la nouvello aqueste matin : Jano Calment (prounouncia Calmin) èro bèn la decano de l’umanita. Mai, l’an passa, i’avié uno teourìo russo que voulié que la Jano Calment que couneissèn tóuti fuguèsse en realita sa fiho Ivouno nascudo en 1898 e morto en 1934 ! Pèr faire court, la fiho aurié pres la plaço de la maire. E bèn nàni, dous cercaire francés que faguèron d’estùdi sus d’aquel afaire an fa toumba uno à cha uno li alegacioun di dous Russo e es bèn Jano que nasquè lou 21 de febrié 1875 pèr mouri lou 4 d’avoust 1997.

Mai sabès coume soun li gènt, un cop lou doute caviha en tèsto, es tras que tihous de lou leva. E meme se poudian analisa l’ADN de la pauro Jano vo de la pauro Ivouno, rèn ié farié, lou mau es fa e d’ùni dirien «ges de fum sènso fiò...»

Pamens, meme se nosto Jano èro uno galejairis e que i’agradavo de racounta qu’avié rescountra Van Gogh, aurié bèn pouscu crousa Mistral e la chourmo di Felibre ; me la figure emé soun vèsti arlaten caminant fieramen sus la Lisso...

Alor, pèr nautre, Prouvençau, Jano Calment fuguè d’annado de tèms la mai vièio dóu mounde e Arle lou cèntre dóu mounde. Qu ausara me dire qu’es pas verai ?

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

Jeanne Calment

Nous avons reçu la nouvelle ce matin : Jeanne Calment (prononcer Calmin) était bien la doyenne de l’humanité. Mais, l’an dernier, il y avait une théorie russe qui voulait que la Jeanne Calment que nous connaissons tous fût en réalité sa fille Yvonne née en 1898 et morte en 1934. En résumé, la fille aurait pris la place de la mère. Eh bien non, deux chercheurs français qui ont fait des études sur cette affaire ont démoli une à une les allégations des deux Russes et c’est bien Jeanne qui naquit le 21 février 1875 pour mourir le 4 août 1997.

Mais vous savez comment sont les gens, une fois le doute ancré dans la tête, il est très difficile de l’en faire sortir. Et même si l’on pouvait analyser l’ADN de la pauvre Jeanne ou de la pauvre Yvonne, rien n’y ferait, le mal est fait et certains diraient « il n’y a pas de fumée sans feu ».

Cependant, même si notre Jeanne était une farceuse et qu’elle aimait raconter avoir rencontré Van Gogh, elle aurait très bien pu croiser Mistral et l’équipe des Félibres ; je me l’imagine avec son costume arlésien marchant fièrement sur le bd des Lices…

Alors, pour nous Provençaux, Jeanne Calment fut pendant des années la plus vieille du monde et Arles le centre du monde. Qui osera me dire que ce n’est pas vrai ?


Chronique de septembre :

"Le vrai nom"

Sias jamai toumba sus d'arlèri  que, se li parlas d'uno bèsti vo d'uno planto en li diant lou noum prouvençau, vous dien sènso vergougno "mais c'est quoi son vrai nom?". Mai que "vrai nom"? bougre d'estàssi, fa milo an qu'eicito diant "favouio, farigoulo, gàrri, tauteno", es aco soun "vrai nom" e mume se sian Francés despuei cinq-cènts an "crabe, thym, rat, calmar" soun pèr nautre de noum estrangié. S'erian pas dins un peïs subre-cenralisa, lei noum regiounau serien pres en comte e serien uno richesso. Mai nàni, aro fau "dina" avans de s'empaia coumo lei Parisen e emplega lou voucabulàri francés à luego dei poulit noum prouvençau.
Paure de nautre, lei coulègo!

Bernard Rémuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

Le vrai nom

N’êtes-vous jamais tombés sur des petits malins qui, s’ils parlent d’un animal ou d’une plante en disant leur nom en provençal, vous disent sans vergogne «mais c’est quoi son vrai nom ?». Mais quel «vrai nom» ? Bougre d’ahuris, ça fait mille ans qu’ici on dit «favouille», «farigoule», «garri», «tautène», c’est ça leur «vrai nom» et même si nous sommes Français depuis cinq cents ans, «crabe», «thym», «rat»,  «calmar» sont pour nous des noms étrangers. Si nous n’étions pas dans un pays surcentralisé, les noms régionaux seraient pris en compte et seraient une richesse. Mais non, aujourd’hui il faut «dîner» avant de se coucher comme les Parisiens et employer le vocabulaire français au lieu des jolis noms provençaux.
Pauvre de nous autres, les amis !

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.