Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

L’istòri dóu canau óublida

Es pamens lou mai grand dóu mounde, e vouiajaire e marchandiso l’an emprunta pendènt trento-sèt an de tèms, mai aro quàsi tóuti l’an óublida.
Despièi lou siècle dès-e-vuechen, l’idèio nasquè de religa la Mediterragno au Rose, en proumié en countournant li colo de la Nerto, pièi en li travessant (tout acò pèr evita i batèu un passage dangeirous pèr rejougne lou canau d’Arle pèr la mar).
Forço proujèt fuguèron prepausa, coume aquéu en 1841, d’un tunèu* que devié passa à cinquanto mètre d’autour pèr trepassa la Nerto e qu’aurié faugu quaranto-vue resclauso pèr faire mestié* ! 
Faudra espera milo-nòu-cènt-tres pèr que lou proujèt finau siegue declara d’utilita publico e milo-nòu-cènt-ounge pèr que li travai coumençon, mena pèr Leoun Chagnaud.
Lou chantié es vertadieramen tihous à causo di diferènti meno de roco rescountrado. Chagnaud faguè meme veni dos palo americano mai es la guerro e fauto d’acaminamen di pèço de rechange e d’essènci, faudra coumta que sus la forço di bras. Emé tout acò, forço oubrié soun moubilisa e de presounié alemand e austrian li ramplaçon.
Fin-finalo, après quinge lònguis annado, lou tunèu es acaba ! Gastoun Doumergue l’inaguro en grando poumpo lou 27 d’abriéu 1927 e coumparo sa coustrucioun à-n-aquelo di piramido d’Egito !
Malurousamen, dins la niue dóu 17 de jun 1963, l’oubrage faguè lou vedèu* (sènso vitimo). Dins li mémis annado, Fos devenguè un port majour poudènt aculi de grand batèu, lis usino se fuguèron sèmpre mai noumbrouso en ribo de l’Estang e noste tunèu serviguè plus en rèn…
Auriéu enca bèn de causo à vous dire sus la poussiblo reduberturo dóu canau e sus si counsequènci sus la qualita dis aigo e di pèis de l’Estang de Berro, mai sara pèr uno autro fes.

* tunèu : vous ne trouverez pas ce mot dans les dictionnaires provençaux car la langue a évolué
* faire mestié : avoir besoin, nécessiter
* faire lou vedèu : s’écrouler

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

L’histoire du canal oublié

C’est pourtant le plus grand du monde, et voyageurs et marchandises l’ont emprunté pendant 37 ans, mais aujourd’hui tous l’ont oublié.
Depuis le XVIIIème siècle, l’idée naquit de relier la Méditerranée au Rhône, tout d’abord en contournant les collines de la Nerthe, puis en les traversant (tout cela pour éviter aux bateaux un passage dangereux pour rejoindre le canal d’Arles par la mer).
Beaucoup de projets furent proposés, comme celui en 1841, d’un tunnel qui devait passer à 50 mètres de hauteur pour franchir la Nerthe et qui aurait nécessité 48 écluses !
Il faudra attendre 1903 pour que le projet final soit déclaré d’utilité publique et 1911 pour les travaux commencent, dirigés par Léon Chagnaud.
Le chantier est véritablement difficile à cause des différentes sortes de roche rencontrées. Chagnaud fit même venir deux pelles américaines mais c’est la guerre et faute d’acheminement des pièces de rechange et de carburant, il ne faudra compter que sur la force des bras. De plus, beaucoup d’ouvriers sont mobilisés et des prisonniers allemands et autrichiens les remplacent.
Finalement, après 15 longues années, le tunnel est fini ! Gaston Doumergue l’inaugure en grande pompe le 27 avril 1927 et compare sa construction à celle des pyramides d’Egypte !
Malheureusement, dans la nuit du 17 juin 1963, l’ouvrage s’effondra (sans faire de victimes). Dans les mêmes années, Fos devint un port majeur pouvant accueillir de gros bateaux, les usines se firent toujours plus nombreuses sur les rives de l’Etang et notre tunnel ne servit plus à rien…
J’aurais encore bien des choses à vous dire sur la possible réouverture du canal et sur ses conséquences sur la qualité des eaux et des poissons de l’Etang de Berre, mais ce sera pour une autre fois.


Chronique d'avril :

De «bio» à gràtis
De tout tèms, lei Prouvençau, pèr necessita vo pèr plesi, soun ana tafura dins lei couelo pèr trouva de cavo  à apoundre dins soun manja. Dins tout lou courrènt de l'an, pourren ana querre de prouduei "bio" sènso rèn despèndre : aspèrgi, mouriho, pouàrri fèr, salado fèro (cicòri, coustelino, sauto-oulame, rampouchòu e autre), pignen e mume rabasso pèr lei crespina, sènso óublida caragòu, limaço e limaçoun e pèr lei cassaire, pardigau, lapin, tourdre e autro viando pas tròup gastado pèr lei salouparié chimico. Alor, bràvei gènt, à luego de resta tanca à l'oustau coumo de santoun, prenès la biasso e anas v'espaceja dins lei couelo, farés de bèn à vouestro santa e à vouestre pouarto-mounedo.

Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

Du «bio» gratuit
De tous temps, les Provençaux, par nécessité ou par plaisir, sont allés fureter dans les collines pour trouver des choses à ajouter à leurs repas. Dans le courant de l’année, nous pourrons aller chercher des produits bio sans dépenser : asperges, morilles, poireaux sauvages, salades sauvages (chicorée, picridie, chicorée à la bûche, raiponce et autres), champignons et même truffes pour les plus chanceux, sans oublier escargots, petits-gris et limaçons et pour les chasseurs, perdrix, lapins, grives et autres viandes pas trop gâtées par les saloperies chimiques. Alors, braves gens, au lieu de rester plantés à la maison comme des santons, prenez votre besace et allez vous promener dans les collines, vous ferez du bien à votre santé et à votre porte-monnaie.

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.