Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

 

Li Peno e la culturo prouvençalo : un liame perdurable

Un bèu caièr emé «cartabèu» escri dessus e dintre uno tiero de noum d’escoulan traçado d’uno escrituro coume aro n’en troubas plus. Vaqui coume tout coumencè : Maurise Ripert, ancian mèstre de l’escolo di garçoun de la Gavoto, ome de letro e pouèto recouneigu, venié de crea en 1978 lou proumié cous de lengo prouvençalo di Peno, cous qu’es enca bèn vivènt à l’ouro d’aro ! Es impourtant que li jouine sachon coume se parlavo e coume li gènt vivien dins lou terraire espenen i’a quàuquis annado d’acò, que siegon d’aqui vo noun.

La coumuno a toujour acoumpagna l’Escolo au fiéu dis an e di conse, e d’aiour, es gràci à soun soustèn que li cous an pouscu resta acessible pèr tóuti.

La Lengo Nostro es tambèn messo à l’óunour chasco annado à l’óucasioun de la fèsto di meissoun ounte li pichot dis escolo espenenco canton de cant prouvençau e ounte lou voucabulàri prouvençau di païsan es pas óublida. La respelido dóu moulin de Paliero es un grand simbèu de l’estacamen di Peno à sa culturo e si tradicioun e aqui tambèn lou móunié a retrouba tóuti li terme prouvençau d’aquelo machino espetaclouso.

Lou sujèt di lengo regiounalo es mai que jamai atuau, lou prouvençau coume lengo latino nous apren mai que cresèn sus nosto lengo, lou francés. Uno lengo regiounalo es mai qu’un patoues qu’apartèn au passa e tèn qu’à nous de la manteni dins lou presènt. Prenèn eisèmple sus d’àutri regioun de Franço qu’an pas crento de counsidera la lengo dis ancian coume uno richesso pèr li mai jouine, qu’a lou poudé de ié douna de clau pèr l’aveni.

Mai que jamai, nòsti pichot an besoun d’alo mai tambèn de racino que pouson sis óurigino dins la niue di tèms, meme s’aquéli racino soun pas li siéuno.

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

Les Pennes et la culture provençale : un lien indéfectible

Un beau cahier avec «registre» écrit dessus et à l’intérieur une liste de noms d’écoliers tracée d’une écriture comme aujourd’hui vous n’en trouvez plus. Voici comment tout commença : Maurice Ripert, ancien instituteur à l’école des garçons de la Gavotte, homme de lettres et poète reconnu, venait de créer en 1978 le premier cours de langue provençale des Pennes, cours qui est encore bien vivant de nos jours !

Il est important que les jeunes sachent comment on parlait et comment les gens vivaient sur le terroir pennois il y a quelques années de cela, qu’ils soient d’ici ou non. La mairie a toujours accompagné l’Escolo au fil des ans et des maires et d’ailleurs, c’est grâce à son soutien que les cours ont pu rester accessibles à tous.

Notre langue est aussi mise à l’honneur chaque année à l’occasion de la fête des moissons où les enfants des écoles pennoises chantent des chants provençaux et où le vocabulaire provençal des paysans n’est pas oublié. La renaissance du moulin de Pallières est un grand symbole de l’attachement des Pennes à sa culture et ses traditions et là aussi, le meunier a retrouvé tous les termes provençaux de cette formidable machine. Le sujet des langues régionales est plus que jamais actuel, le provençal en tant que langue latine nous apprend plus qu’on ne le croit sur notre langue, le français. Une langue régionale est plus qu’un patois qui appartient au passé et il ne tient qu’à nous de la maintenir dans le présent. Prenons exemple sur d’autres régions de France qui n’ont pas honte de considérer la langue des anciens comme une richesse pour les plus jeunes, qui a le pouvoir de leur donner des clés pour l’avenir.

Plus que jamais, nos enfants ont besoin d’ailes mais aussi de racines qui puisent leurs origines dans la nuit des temps, même si ces racines ne sont pas les leurs.

 


Chronique de l'été

Sus li camin prouvençau

Dins aquéli tèms d’encié e d’aveni gaire segur, d’interdicioun de touto meno emé la barraduro de tóuti lis endré que rendien nòsti vido agradivo dins lou «mounde d’avans», nàutri bràvi gèns de Franço, coumencerian à prendre de nouvèllis abitudo coume aquéli de cousina mai e miés e d’ana cerca sus li camin de Prouvènço un pau de liberta e un biais d’óublida tout acò.

Me demande meme se li Prouvençau an pas descubert aquesto annado l’eisistènço di calanco o de la Santo-Ventùri ! Mai basto emé li galejado, vous doune aqui-dessouto quàuquis idèio de barrulado gaire liuen di Peno.
A-n-uno miecho-ouro de veituro d’aquito, avès la muraio dis abiho e lou camin di bòri à Cournihoun. Un pau mai liuen dins lis Aupiho, li Caisso de Jan-Jan à Mouriès vous menaran au mitan dis óulivié ; i Baus poudrés faire uno bello blouco en partènt di cresto de Baumeyrane en passant pèr lou Vau d’Infèr e la plano au mitan di vigno. A Sant-Roumié, aquelo que m’agrado lou mai, lou roucas di dous trau, lou Mount Gaussié e lou la dóu Peiròu pèr lis escalo (pèr aquéli qu’an pas lou vertige !).

A vòsti bastoun e zóu !

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

Sur les chemins provençaux

En ces temps d’angoisse et d’avenir incertain, d’interdictions en tous genres avec la fermeture de tous les lieux qui rendaient nos vies agréables dans le «monde d’avant», nous, brave peuple de France, avons commencé à prendre de nouvelles habitudes comme celles de cuisiner plus et mieux et d’aller chercher sur les chemin de Provence un peu de liberté et un moyen d’oublier un peu tout ça.

Je me demande même si les Provençaux n’ont pas découvert cette année l’existence des calanques et de la Sainte-Victoire ! Mais assez de bêtises, je vous donne ci-dessous quelques idées de promenades pas très loin des Pennes.
A une demi-heure de voiture d’ici, vous avez le mur des abeilles et le chemin des Bories à Cornillon-Confoux. Un peu plus loin dans les Alpilles, les Caisses de Jean-Jean à Mouriès vous mèneront au milieu des oliviers ; aux Baux vous pourrez faire une belle boucle en partant des crêtes de Baumeyrane en passant par le Val d’Enfer et la plaine au milieu des vignes. A Saint-Rémy, celle qui me plaît le plus, le rocher aux deux trous, le mont Gaussier et le lac du Peiròu par les échelles (pour ceux qui n’ont pas le vertige !).

A vos bâtons et zou !

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.