Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Attention ! En raison de la crise sanitaire, l'activité de nombreux services est très perturbée.

Merci de vous référer prioritairement aux informations "Épidémie de coronavirus (Covid-19) de la page d'accueil.

La chronique provençale

Illustration

 

Lou prouvençau estroupia

Un còup la Prouvènço devengudo franceso, lei Prouvençau, pichoun à pichoun, leissèron rintra de mot francés dins sa vièio lingo; coumo nautre fèn vuei emé l'anglés. Es triste de va dire, mai lou prouvençau que parlavon nouéstrei rèire-grand èro cafi de mot francés. V'en dóuni quàuqueis eisèmple, em'à coustat lou vertadié mot prouvençau que serié bèn d'emplega e faire coumo nouéstrei cousin dóu Canada que vouelon pas de mot anglés dins soun francés d'eila :
moun pèro (paire), ma mèro (maire), ma sur (souarre), lou souar (sero), lou chivau (cavau), lou chin (can), sueivre (segui),l'espouar (espèr), la vouaturo (veituro), lou cièle (cèu),la maladié (malautié).

La tiero es enca longo e es pas eisa se parlas un prouvençau dóu brès d'óublida lei mot qu'avès auvi quouro erias pichounet, mai pèr quaucun que si mete à la "lingo nouestro", serié bèn que la parlèsse e l'escrivèsse dins touto sa pureta.

Bernard Rémuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :

Le provençal estropié

Une fois la Provence devenue française, les Provençaux, petit à petit, laissèrent entrer des mots français dans leur vieille langue; comme nous le faisons aujourd’hui avec l’anglais. C’est triste à dire, mais le provençal que parlaient nos arrière-grands-parents était rempli de mots français. Je vous en donne quelques exemples, avec à côté le véritable mot provençal qu’il serait bon d’employer et faire comme nos cousins du Canada que ne veulent pas de mots anglais dans leur français de là-bas :
moun pèro (paire) : mon père ; ma mèro (maire) : ma mère ; ma sur (souarre) : ma sœur ; lou souar (sero) : le soir ; lou chivau (cavau) : le cheval ; lou chin (can) : le chien ; sueivre (segui) : suivre ; l'espouar (espèr) : l’espoir ; la vouaturo (veituro) : la voiture ; lou cièle (cèu) : le ciel ; la maladié (malautié) : la maladie.

La liste est encore longue et ce n’est pas facile si vous parlez un provençal du berceau d’oublier les mots que vous avez entendus quand vous étiez petits, mais pour quelqu’un qui se met à la « lingo nouestro », ce serait bien qu’il la parle et l’écrive dans toute sa pureté.

Bernard Rémuzat (Ecole Pennoise de Langue Provençale)

 


Chronique de décembre :

La Broufado di marinié dóu Rose

Faire marina touto la niue dins un pau d’òli de trancho fino de biòu (dins lou paleiroun, acòs’s bèn), emé de lausié, ferigoulo, roumanin, dous clavèu de girofle e d’aiet.
Dins uno glouto, vuja d’òli d’óulivo.
Coumença pèr metre uno coucho de cebo e d’aiet, pièi uno trancho de biòu. Renja coume acò li lesco de viando à-de-rèng, en alternant emé de lié de cebo. Faire autant de coucho que i’aura de trancho de viando. Entre chasco coucho, pebra e sala (pas trop, qu’après se vai apoundre d’anchoio), arrousa d’un vèire de vinaigre. Apoundre lis erbo e espèci de la marinado.
Tapa la glouto d’uno sieto pleno d’aigo à guiso de curbecello. Couire un parèu d’ouro à pichot fiò.
Apoundre un vèire de vin rouge, quàuqui cuié de tapeno chaplado, un fielat d’anchoio pèr cadun, liga la sauço em’un pessu de farino.
Bon besoun, bagna d’un pau d’aigo tousco, leissa mitouna encaro uno bono ouro.
Servi uno lesco de biòu dins la sieto e ié faire la crous dessus em’uno rajado de bon òli d’óulivo.

Receto reculido pèr Bernard Granier (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).

Bon apetis !
(prounouncia “appétit” coume en francés, que lou i finau es toujour touni en prouvençau, dounc es uno errour de dire «bon appÈtit» en apielant sus la rèire-silabo coume s’entènd souvènti-fes)

 

Traduction :

La broufade des mariniers du Rhône

Faire mariner toute la nuit dans un peu d’huile d’olive des tranches fines de bœuf (dans le paleron c’est bien), avec du laurier, du thym, du romarin, deux clous de girofle et de l’ail.
Dans un poêlon en terre ou en fonte, verser de l’huile d’olive.
Commencer par mettre une couche d’oignon et d’ail, puis une tranche de bœuf.
Empiler comme ça les tranches de viande l’une après l’autre, en alternant avec un lit d’oignon.
Faire autant de couches qu’il y aura de tranches de viande. Entre chaque couche, poivrer et saler (pas trop, parce qu’après on va ajouter des anchois), arroser d’un verre de vinaigre. Ajouter les herbes et épices de la marinade.
Couvrir le poêlon d’une assiette pleine d’eau en guise de couvercle. Cuire deux heures à petit feu.
Ajouter un verre de vin rouge, quelques cuillères de câpres hachées, un filet d’anchois par personne, lier la sauce avec une pincée de farine.
Si besoin, mouiller avec un peu d’eau tiède et laisser mijoter encore une bonne heure.
Servir une tranche de bœuf dans l’assiette et faire la croix dessus avec un filet d’huile d’olive.

Recette recueillie par Bernard Granier (Ecole Pennoise de Langue Provençale).

Bon appétit !
(en provençal, prononcer appétit comme en français car le i final est toujours tonique, donc c’est une erreur de prononcer « bon appÈtit en appuyant sur l’avant-dernière syllabe comme on l’entend souvent).

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.