Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Insectes

Illustration

SOS Abeille 13

L’association SOS abeille 13 rassemble plus de 50 apiculteurs bénévoles qui se chargent de sauver les essaims vagabonds à la période des essaimages.
Tél. : 06 43 37 08 23
https://www.sosabeille13.fr


Illustration

Le frelon asiatique

Plus petit que son cousin européen, le frelon asiatique est long d'environ 3 cm. Il s’en distingue aussi par sa coloration brun-noir, ses pattes jaunes et ses ailes fumées. Supposé introduit en Europe en 2004 suite à une importation de poterie chinoise, ce spécimen prolifère d'année en année.
Il est agressif si l'on s'approche trop près de son nid (moins de 5 mètres), et potentiellement dangereux pour l'homme en cas de piqûre multiples. Son dard est assez épais (jusqu'à 6 mm de long) pour traverser un gant en cuir !

Un danger pour les abeilles

Mais, c'est surtout pour les abeilles que le frelon asiatique peut être très dangereux. Les abeilles domestiques sont, en effet, leur mets favori. Dix frelons suffisent à décimer une ruche entière. Et s'ils ne les tuent pas, ils sont un facteur de stress chez les abeilles qui n'osent plus sortir, s'affaiblissent et meurent.
Il est donc conseillé de signaler la présence de nids ou de frelons asiatiques sur la commune, en contactant par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., coordonnateur pour le GDSA13 (Groupement de défense sanitaire apicole).

Des confusions sont possibles parmi les insectes : consultez l'aide à l'identification


Illustration

Les moustiques

Pas facile de se débarrasser des moustiques : entre l'Aedes albopictus (moustique tigre) et le plus classique Culex pipiens, on ne sait plus où donner de la crème anti-démangeaisons. Alors comme il vaut mieux prévenir que guérir, la meilleure solution est d'agir quotidiennement sur son cadre de vie afin de ne pas favoriser leur reproduction. Les méthodes sont plutôt simples et chacun peut agir dès à présent pour détruire les larves en supprimant notamment les eaux où la femelle peut pondre.

Conseils pratiques

Dans les jardins, sur les terrasses ou les balcons :

  • Éliminer les petites réserves d'eau :
    Vider tout ce qui retient de petites quantités d'eau (coupelles de plantes, jouets d'enfants…).
    Changer l'eau des vases et photophores au moins toutes les semaines et remplacer l'eau par du sable humide.
    Bâcher ou recouvrir d'une moustiquaire les réserves d'eau (fût, bidon, bâche de piscine).
  • Attention aux gîtes naturels : creux d'arbres, tiges de bambou cassé.
  • Ramasser les déchets verts, ils peuvent constituer des récipients d'eau.
  • Ranger à l'abri de la pluie tout ce qui peut contenir de l'eau (seaux, arrosoirs)

Éliminer les lieux de repos des moustiques :

  • Débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies.
  • Élaguer les arbres.
  • Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux.
  • Réduire les sources d'humidité (limiter l'arrosage).
  • Entretenir votre jardin

À la maison :

  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées.
  • Gouttière : retirer les feuilles, tous les végétaux et encombrants. Si après l'entretien, l'eau stagne, il faut retirer et remplacer les éléments hors d'usage. Si ce n'est pas possible, vérifier le bon écoulement des gouttières et les faire réparer si elles sont en mauvais état.
  • Après de fortes intempéries (pluie, vent), s'assurer de l'évacuation normale de l'eau. Il est recommandé également de percer en leur point bas les gouttières par un trou de 10mm de diamètre et bétonner les regards jusqu'au niveau d'évacuation.
  • Vide sanitaire : il suffit de placer une grille moustiquaire aux bouches d'aération.
  • En cas d'inondation, prévoir de réparer les conduites endommagées, cuveler en cas de risque permanent d'inondation.
  • Fosse septique : pour assurer une bonne étanchéité, il faut poser un couvercle ou changer les joints de la fosse.
  • Climatiseurs : penser à vider les retenues d'eau.

D'autres renseignements ? D'autres renseignements ?
Consultez le site http://www.albopictus13.org/index.php


Illustration

Les chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires sont reconnaissables à leurs nids de soie blanche bien visibles sur les pins où elles passent l'hiver à l'issue duquel elles forment des processions avant de s'enterrer pour effectuer leur métamorphose. En cas de danger, elles disperses leurs poils qui peuvent s’accrocher aux habits, à la peau, aux cheveux, et entraîner des démangeaisons. Ces poils contiennent une toxine urticante et allergisante pouvant provoquer des irritations sur :

  • Les yeux (conjonctivite) ;
  • La peau (démangeaisons et rougeurs) ;
  • Les voies respiratoires (gêne ou asthme).

L’ARS Paca recommande au public :

  • d’éviter la fréquentation des zones à proximité des pins infestés, de porter des vêtements couvrants si l’on se rend malgré tout dans ces zones ;
  • de ne pas manipuler les chenilles et les nids ;
  • de ne jamais balayer une procession de chenilles afin d’éviter de créer un nuage de poils urticants qui pourrait provoquer une atteinte cutanée, oculaire et respiratoire ;
  • d’éviter de se frotter les yeux en cas d’exposition ;
  • de ne pas faire sécher le linge à l’extérieur près des pins par grand vent ;
  • de prendre toutes les mesures de précaution pour éviter le contact avec les poils urticants déposés en particulier sur les pelouses, d’éviter de tondre les pelouses sous les arbres infestés.

En cas de contact, les poils urticants se fixant sur les cheveux et les vêtements, il est recommandé de prendre une douche tiède avec lavage soigneux des cheveux au shampoing et de laver les vêtements contaminés au-dessus de 60 °C.

Attention
Dans le cas où un enfant en bas âge aurait porté une chenille à la bouche, il est important de consulter immédiatement le service des urgences.
Les chenilles processionnaires sont aussi très dangereuses pour les animaux. Le conseil régional de l’ordre des vétérinaires Paca-Corse recommande :

  • d’éviter de frotter le poil de votre animal et de le laver à grande eau ;
  • si la contamination s’est produite, de faire appel sans délai à son vétérinaire pour qu’il effectue un traitement d’urgence ;
  • dans tous les cas, d’éviter de se contaminer soi-même en manipulant l’animal sans précautions (zone abritée du vent, masque, lunettes, gants, etc).

Un serveur local de l'Office national des forêts (ONF) est dédié aux opérations de traitement par voie aérienne contre la Chenille processionnaire. Il diffuse les plannings des traitements et l'information sur le produit utilisé : Allo chenille, 04 42 17 57 49


Illustration

Le charançon rouge du palmier

Coléoptère de la famille des Curculionidés. Adulte, il peut être de plusieurs couleurs du brun orangé au noir en passant par le rouge. Le thorax présente des taches noires dont le nombre et la taille peuvent varier. Il mesure de 19 à 42mm de long et de 8 à 16mm de large. 

Symptômes

Habituellement, les dommages causés par les larves sont visibles longtemps après le début de l’infestation et la mort du palmier survient rapidement. Les dégâts observés sont dus à l’activité trophique des larves qui creusent des galeries à l’intérieur du palmier. Il est possible d’observer des encoches sur les palmes, une altération du port de la frondaison, un dessèchement des palmes juvéniles qui peuvent tomber ou s’affaisser. En fin d’infestation, le palmier meurt et prend un aspect aplati en forme de parasol. Par la suite toutes les palmes se dessèchent et finissent par tomber.

Prévention

Les blessures naturelles, dues à la récolte, ou à la coupe de palmes doivent être protégées pour éviter la ponte. Ces mesures doivent s'appliquer lors de la taille pratiquée en hiver en appliquant sur la plaie une substance qui le protégera (mastic cicatriciel, goudron végétal, colle, ou encore insecticide). La coupe des parties infectées doit être réalisée par un professionnel qui diagnostiquera le degré d'infection et effectuera le cas échéant l'abattage des cas les plus graves. En plus de l'arbre abattu ou traité, il est obligatoire de faire traiter les arbres du périmètre (Zone contaminée : 100 mètres autour du foyer - Zone de sécurité : 100 mètres autour de la zone contaminée - Zone de lutte : 10km autour du foyer)

Liens utiles :
http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/Sante-des-vegetaux
http://www.fredonpaca.fr/Charancon-rouge.html

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.