Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Qualité de l'air

Illustration

Le 14 octobre, à l'occasion de la Journée nationale de la qualité de l’air, la Ville des Pennes-Mirabeau a organisé une rencontre entre les différents acteurs du projet européen DIAMS (Digital Alliance for Aix-Marseille Sustainability) afin d'en présenter le bilan.

Réunis à l'Hôtel de ville à l'occasion de la clôture du projet DIAMS, la Métropole, Atmosud et l'APPA Sud (Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique) ont démontré qu'ils ont œuvré en faveur des Pennois pour «rendre visible l'invisible, c'est-à-dire faire prendre conscience de l'enjeu essentiel que représente la qualité de l'air que nous respirons», explique Céline Salès, chef de service Écologie urbaine à la Direction Stratégie Environnement de la Métropole Aix-Marseille Provence.

Les capteurs ont parlé...

Ainsi, les données relevées par les capteurs de particules fines posés il y a un an à La Gavotte ont révélé que la pollution de l'air du quartier était due à 30% au chauffage, 29% aux pots d'échappement, 25% au brûlage de végétaux (feux de forêt, chauffage au bois, brûlage de déchets verts...) et 10% d'origine industrielle (données relevées par deux capteurs fixes, effectuées de novembre 2021 à mai 2022). C'est pourquoi Atmosud encourage à suivre les préconisations de l'ADEME en matière d'isolement des logements, d'entretien des cheminées, du dépôt des déchets verts en déchetterie, de favoriser le «multimodal» pour les déplacements (à pied, à vélo, en transport en commun...) et pourquoi pas essayer «le dernier kilomètre propre» qui consiste à terminer son trajet à pied ou à vélo.

... et les Pennois aussi !

Denis Charpin, président de l'APPA Sud, qui a lancé cette année son action «Mon Air Capté», en a présenté les résultats. Proposée majoritairement à des Pennois, mais aussi à des citoyens de Cabriès, elle aura concerné 31 participants qui ont été accompagnés - ou non - dans l'utilisation de petits capteurs portatifs détectant les particules fines, pour un usage quotidien, à domicile tout comme lors des déplacements. Cette action a permis à chacun d'en savoir plus sur la qualité de l'air et les comportements à adopter ; elle a également révélé l'importance d'accompagner la démarche pour pérenniser les bons réflexes. Comme l’a indiqué Monique Slissa, adjointe déléguée à la Transition Écologique, «ce bilan ne marque pas la fin de notre implication en faveur la qualité de l’air, notre commune étant engagée dans une démarche de développement durable globale. À nous de la rendre pérenne par des actions auprès de tous les publics !».

Les «Exp'Air» en vidéo !

Du côté des plus petits, la sensibilisation à la qualité de l'air effectuée par le CPIE (Centre permanent d'Initiatives pour l'Environnement du Pays d'Aix) au printemps dernier auprès de quatre classes de l'école Claudie Haigneré et des enfants du centre aéré Les Charmes, a été une franche réussite ! En témoignent la rencontre du 28 juin dernier à La Gavotte présentant la restitution du travail effectué et la vidéo réalisée par l'association, qui a été diffusée le 14 octobre à l'occasion du bilan de DIAMS. «Les enfants sont nos premiers ambassadeurs : ce que nous leur transmettons aujourd’hui est déterminant pour leur avenir. Nous leur devons un cadre de vie sain, pour aujourd’hui mais aussi pour demain», souligne Sophie Chave, adjointe au maire déléguée à l'Éducation.

 

Imprimer