Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

 

Édito du maire

Éclairage public : le pari du développement durable

En ces temps où la «sobriété énergétique» est devenue une expression universelle, je ne peux que nous féliciter de ne pas avoir attendu 2022 pour agir sur la réduction de la consommation. En effet, comme vous pourrez le voir en détail dans les pages qui suivent, aux Pennes-Mirabeau nous avons depuis longtemps fait le choix du développement durable dans un domaine qui peut se révéler particulièrement coûteux en termes d’énergie et de budget : l’éclairage public.

Ainsi, dès 2013, nous avons entrepris un «Schéma directeur de rénovation des installations d’éclairage public» complété par une «Charte Lumière». Avec des résultats... lumineux, à savoir une baisse de la consommation de 20% en quatre ans et qui se poursuit actuellement. Et ce, sans rogner sur la qualité de l’éclairage. C'est une chance pour notre environnement et pour nos finances.

Sachez que nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin car dans les deux années à venir, notre objectif est de remplacer plus de 2000 luminaires par d’autres moins énergivores. Sans oublier nos «horloges astronomiques», qui permettent l’extinction des lumières au lever du soleil et notre système d’adaptation de l’intensité de l’éclairage entre minuit et cinq heures du matin. Cela nous permet de réduire encore la consommation. Autant d’initiatives qui, au-delà des questions environnementales, nous placent parmi les très bons élèves en termes de dépenses énergétiques : ici, le coût de l'éclairage public revient à 7 euros par an et par habitant contre 8,5 euros au niveau national et 13 euros au niveau métropolitain.

C’est d’ailleurs ce savoir-faire et cette maîtrise des coûts qui nous ont permis de ne pas vous priver, cette année, des illuminations de Noël. Et c’est particulièrement important à cette période où les fêtes familiales et l’ambiance joyeuse apportent du réconfort dans un monde miné par les crises.

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année. Profitez pleinement de tous ceux que vous aimez. Oui, retrouvons l’essentiel !

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% POUR LES PENNES-MIRABEAU

Il s’agissait de l’un de nos engagements de campagne et nous sommes ravis de l’avoir pris ! Car à voir l’engouement des jeunes Pennois pour le premier Conseil Municipal des Minots, on peut en conclure que cette création était attendue. Une centaine de candidats, filles et garçons de classes de CM1 et CM2, c’est tout de même exceptionnel et une formidable démonstration de la curiosité citoyenne des jeunes Pennois et de leur envie de participer à la vie de leur commune.

Désormais, les 16 élus (de façon individuelle ou en binôme) vont nous apporter leur fraîcheur et leurs idées. Nous les écouterons et surtout les accompagnerons dans la concrétisation de leurs projets. Ils participeront aussi aux événements se déroulant dans la ville et particulièrement aux commémorations afin que dès leur plus jeune âge, ils prennent conscience de l’importance de tous les actes citoyens.

D’ailleurs, au sujet de l’âge, ce nom original de Conseil Municipal des Minots plutôt que Conseil Municipal des Jeunes n’est pas un effet de style. Ici, aux Pennes- Mirabeau, il a tout son sens car avec ce terme de «minot», la référence à la culture provençale ancre bien le conseil dans notre territoire si attaché à la défense du patrimoine local ; il symbolise également la tranche d’âge ciblée, à savoir les enfants de CM1/ CM2 alors qu’habituellement les CMJ concerne plutôt les collégiens.

Mais, nous, nous pensons que la citoyenneté n’attend pas le nombre des années et l’enthousiasme de ces jeunes nous le confirme. Alors, bravo à tous - candidats et élus -. À une époque où à chaque élection, l’abstention est très forte, ces jeunes Pennois nous donnent une belle leçon de démocratie. Nous allons faire du beau travail avec eux !

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ENSEMBLE POUR LES PENNES-MIRABEAU

Chères Pennoises, Chers Pennois,

2022 touche à sa fin, l’occasion pour vos élus Cathia DELAVEAU, Joëlle REYNAUD-FIORILE, Solange GROLIER LACROIX, Michel SCAMARONI, Jean-Claude CABRAS et Romain AMARO de vous souhaiter un Joyeux Noël et de très belles fêtes de fin d’année.

Un mois de décembre rempli de moments de joie et de bonheur à partager en famille ou entre amis, en attendant l’arrivée de ce nouvel an 2023.

Comme chaque année, nous aurons l’occasion de nous rencontrer lors des diverses festivités de Noël organisées sur notre commune ou par les diverses associations dont vos élus sont bénévoles.

Bon bout d’an à toutes et tous !

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Michel SCAMARONI et Romain AMARO
ensembleplpm.fr - 06 12 99 98 18


PRÉSERVER LES PENNES-MIRABEAU

MUTINERIE AU SEIN DE LA MAJORITE MUNICIPALE. 4 démissions dans les rangs de M Amiel. La liste présentée par ce dernier aux élections municipales comptait 35 personnes. Lors d’un départ du Conseil, la personne suivante sur la liste devient élue en remplacement. Malheureusement, déjà 5 d‘entre elles ont refusé cette fonction d’élu de la Majorité Municipale, pour siéger sous la coupe de M le Maire. En 2020 des citoyens ont accepté d’être colistiers de M Amiel, se disant sans étiquette. En 2022 ces mêmes citoyens rejettent le poste d’élu de la Majorité qui leur est offert.

L’appartenance du groupe Amiel, soutien de Macron fait fuir. Une véritable Bérézina !

SEULE LA DERNIERE PERSONNE DE LA LISTE a enfin accepté de prendre la place de l’élu démissionnaire. En cas de nouvelle démission, il n’y a plus de remplaçant !!! Le dernier de liste est M Alain PONS, Président de l’Amicale des Pennes, club de sport. C’est sur le site sportif Jean ROURE qu’il fait évoluer ses adhérents du Club. La piste d’Athlétisme vient tout juste d’être refaite à neuf pour la modique somme de 716 000€ ! Dans cette situation, M Pons a dû se sentir redevable et a «accepté» de siéger au Conseil, ou bien est-il macroniste convaincu ?

Le malaise au sein de la Mairie de M Amiel apparaît au grand jour. La révolte gronde. Personne ne veut être associé à M Macron, soutenu depuis toujours par Notre Maire et sa Majorité. Personne ne veut cautionner la Gestion et la Politique Municipale. Les langues commencent à se délier.

Comme nous, vous êtes de plus en plus nombreux à constater la dégradation de notre commune : insécurité, bétonisation, voies de circulation saturées et manquant totalement d’entretien, service public sommaire...

LA COMMUNICATION OUTRANCIERE de notre Maire n’estompe même pas la réalité et ne trompe plus personne.

Du côté des Républicains de M Amaro, sur 6 élus, déjà 5 démissions.

Mais comme diraient de concert MM Macron et Amiel «ne vous inquiétez pas, tout va bien».

Joyeux Noël et Bon Bout d’An.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


NOUS PENNOIS, ÉCOLOGISTES, CITOYENS, SOLIDAIRES

La Poste, est-elle encore un service public au service du public ? Dans les années 60, Plan de Campagne n'existait pas et notre commune comptait à peine 8000 habitants. Pourtant, elle disposait de deux bureaux de poste, ouverts cinq jours et demi par semaine.

En 2022, nous avons passé la barre des 21000 habitants ! Or, ces deux bureaux connaissent des restrictions de jours et d’horaires d’ouverture. Ainsi, celui du chef lieu est fermé le mercredi après-midi, celui de la Gavotte ferme à 12h30, au bénéfice de Pickup, SAS et filiale privée de la Poste gérant une dizaine de relais sur notre commune.

En outre, par le passé, une forte mobilisation, lancée par le député communiste d’alors, avait obtenu un distributeur de billets de La Poste aux Cadeneaux. Il est aujourd’hui supprimé.

Sur son site, le groupe La Poste se targue d'occuper «une place à part dans le cœur des Français», «parce qu’il incarne le service utile au quotidien». Ce service est aujourd'hui une denrée rare ! Aux Pennes, on se retrouve plus souvent devant un rideau de fer qu'un agent !

De même, la distribution du courrier, assurée par des facteurs contractuels et précarisés ne connaissant pas bien la ville, est devenue aléatoire selon les quartiers, car depuis le début de sa privation, en 2010, la politique de La Poste s’inscrit dans une recherche de profit et de rentabilité financière. Elle n'a de cesse de rationaliser ses services, réduire son personnel et fermer ses bureaux. Elle renonce à jouer son rôle de service public (distribution rapide du courrier, accessibilité bancaire, lien social...)

Il faut retrouver des heures d’ouverture pleines pour les deux bureaux. Il faut regagner le distributeur des Cadeneaux.

Parce que le rôle de la municipalité est aussi de se battre pour la qualité de vie de ses concitoyens et l'arrêt de la casse des services publics, elle doit soutenir le développement d’un service public postal de qualité.

Rosy INAUDI
pour «Nous Pennois, écologistes, citoyens, solidaires»
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Imprimer