Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

 

Édito du maire

Une police municipale renforcée

La montée en puissance de la violence dans notre société ces dernières années est, hélas, incontestable. Elle est visible dès que nous allumons la télévision, la radio, dès que nous «surfons» sur Internet mais aussi, malheureusement, dans notre vie de tous les jours. Des incivilités du quotidien, en passant par la délinquance, jusqu’à atteindre l’horreur absolue, comme avec le terrible assassinat du professeur Samuel Paty, la violence agit comme une véritable lame de fond dans notre société et ne cesse de se renforcer.

Si je suis convaincu qu’il est essentiel de ne pas mettre de l’huile sur le feu afin de maintenir une certaine forme de cohésion dans notre pays, je ne partage pas la posture de certains représentants politiques évoquant un «sentiment d’insécurité», pour décrire la réalité que nous constatons - et subissons - tous.

Oui, il faut le dire, cette hausse de la violence est réelle et j’estime qu’il est du devoir des représentants politiques de regarder et d’affronter en face cette réalité, en nommant le mal et en mettant en place les moyens nécessaires pour le combattre. C’est la raison pour laquelle, même si notre commune est, par comparaison avec nos voisins, préservée de la délinquance, j’ai souhaité que nous renforcions les moyens alloués à notre police municipale. Cette volonté va se retranscrire au travers de différentes décisions que j’ai souhaité prendre en accord avec mon équipe municipale, avec notamment la mise en place d’une brigade motorisée, d’une brigade canine et l’augmentation de nos effectifs de police. Pour rappel, à la fin du précédent mandat, notre municipalité comptait 29 agents de police municipale, soit 1,3 policiers municipaux pour 1 000 habitants. Ce qui constituait déjà un chiffre très honorable. Bientôt, au terme d’un processus de recrutement rigoureux, notre commune sera dotée de 34 policiers municipaux soit un ratio de 1,59 policiers pour 1 000 habitants, bien au-delà de villes comme Allauch, Fréjus ou Salon-de-Provence comptant respectivement 0,79, 1,23 et 1,1 policiers municipaux pour 1 000 habitants. Oui, aux Pennes- Mirabeau, votre sécurité rimera toujours avec priorité.

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% POUR LES PENNES-MIRABEAU

La crise sanitaire nous impacte tous. Mais il est clair que certains secteurs sont plus touchés que d'autres comme le tourisme, la restauration ou la culture.

De manière à venir en aide à ces professionnels qui assistent depuis de nombreux mois, impuissants, au déclin de leur activité, nous avons souhaité agir concrètement au travers d'initiatives locales. D'abord, en faisant de la ville des Pennes-Mirabeau la première commune du département et une des premières de France à s'associer avec l'enseigne Métro dans le cadre de l'initiative «Place aux Restos» à laquelle vous adhérez quotidiennement depuis plusieurs semaines. Nous vous en remercions.

Ensuite, en organisant un show exceptionnel qui a été diffusé sur le site internet de la ville de manière à soutenir nos artistes locaux accompagnés, le temps d'un très beau spectacle, par le formidable orchestre pennois Alméras ! Dans le même temps, nous constatons que l'opposition est aux abonnés absents pour venir en aide aux très nombreuses professions impactées par la crise sanitaire. Et c’est bien regrettable car s'il est important d'apporter son soutien sur les réseaux sociaux et dans des émissions de radio, nous considérons qu'il est encore mieux d'apporter et de mettre en œuvre des actions concrètes pour les soutenir.

D’ailleurs, sauf erreur de notre part, nous remarquons que M. Amaro n’était pas présent lors des manifestations de soutien qui se sont déroulées il y a quelques semaines à Marseille alors que M. Léonetti, notre premier adjoint et M. Bouchet notre adjoint à l'Économie locale se tenaient auprès des restaurateurs et des commerçants. Sans doute n'y avait-il pas assez de caméras...

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ENSEMBLE POUR LES PENNES-MIRABEAU

Comme nous l’annoncions le mois dernier dans ce magazine, nous avons à présent contacté le préfet. L’inaction de nos élus locaux devant des situations problématiques et connues depuis de nombreuses années est incompréhensible. Se cacher derrière des problèmes de législation alors que les pouvoirs du Maire en matière de protection de l’environnement ont été renforcés années après années est de la mauvaise foi.

Nous espérons que Monsieur Le Préfet va pouvoir prendre les mesures nécessaires afin de faire stopper les entreprises illégales de stockage de déchet dans nos collines. Ce point est très important pour l’environnement et pour notre santé. Autre point essentiel pour la santé, l’état de nos bâtiments municipaux, en particulier les bâtiments scolaires. Dans une étude récente concernant la crèche de La Renardière, nous pouvons lire «les locaux actuels sont vieillissants et contiennent de l’amiante». Nous communiquons sur ce sujet sensible depuis des années. Nous rappelons également que le projet d’une nouvelle crèche à la Renardière est évoqué dans tous les programmes électoraux de Michel AMIEL depuis 2008, soit des promesses non-tenues depuis plus de 10 ans. 13 années que le Maire actuel laisse les enfants de la commune au contact de l’amiante. Quelle considération a-t-il pour ses administrés ?

Nous conclurons en citant Monsieur le Sénateur Amiel lors de la séance du Sénat du 19 mars 2019 : «Il est important que les élèves soient en bonne santé pour être dans les meilleures conditions d'apprentissage». L’intention est louable, mais à quand l’action ?

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Charles LECLERC et Romain AMARO
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : 06 12 99 98 18


PRÉSERVER NOTRE CADRE DE VIE

«On confond facilement l’amour de la vérité et l’amour de sa propre vérité, c’est à dire l’amour propre, réducteur de vérité» disait Pierre DEHAYE.

Comment ne pas réfléchir sur cette citation quand les budgets «communication» explosent dans notre petite commune. Quand la communication souligne qu’une entreprise vient s’installer aux Pennes-Mirabeau et qu’elle oublie de préciser : qu’un terrain lui est vendu pour se faire 5 fois moins cher que le prix du marché ; sans aucune obligation en retour, pas même celle de produire sur le dit terrain et l’empêcher ainsi de le vendre à un promoteur.

Quand une société telle que Métro contacte la mairie pour des actions telles que «place aux restos» et que cette dernière en revendique l’initiative dans sa communication, alors même que l’opposition dans son ensemble avait proposé son aide il y a des mois, afin de mettre en place ce type de solution, et d’autre, avant que les restaurateurs et commerçants atteignent le stade critique d’aujourd’hui.

Alors «la vérité» communiquée à grand prix n’est plus autre chose que le reflet de l’égo. Revenons à un peu plus de simplicité et de réalisme, plus cru moins séduisant, mais autrement plus efficace.

La réalité ne tarde jamais à rattraper l’illusionné : par exemple une association pennoise dont nous avons toujours refusé de voter les subventions, car les comportements de certains des membres et certaines de ses activités prenaient déjà des chemins déviants. Nous avons été raillés, estimant que nous n’aimions pas la «fête», que nous ne savions pas nous «amuser», et voilà qu’aujourd’hui, M le maire a dû stopper toutes subventions et demander la restitution des clés du local municipal laissé à leurs jouissances. Pourquoi attendre que les drames arrivent quand les moyens de les prévenir sont à notre portée ? Il s’agit ici moins d’erreur que d’aveuglement, ne soyons pas aveugles, restons vigilants pour une sécurité et un bonheur réel dans notre commune.

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


NOUS PENNOIS, ÉCOLOGISTES, CITOYENS, SOLIDAIRES

Terres arables : laisse béton

La ville des Pennes Mirabeau a malheureusement décidé de sacrifier les 14ha de terre agricole des Sybilles pour y développer une zone d’activité.

Ces terres sont situées en zone péri-agricole dans un triangle urbain à 5km de Vitrolles, 15km de Marseille et 24km d’Aix en Provence.

Une étude de sol effectué par un laboratoire certifié à montré que ces terres sont (sic) «un sol facile à travailler... la couche arable, bien drainante (même en profondeur), autorise l’implantation d’une grande diversité de culture : légumes racines, légumes feuilles, légumes fruits, arbres fruitiers à noyaux, fraise et petits fruits... ce sol présente une richesse suffisante pour installer une culture sans qu’il soit nécessaire de programmer une fertilisation de redressement ; le seul élément en carence est le fer qu’il est facile de corriger... Ces terres sont riches en azote, en phosphate, en potasse, en oligo éléments, etc...»

Ces terres auraient donc pu être idéales pour favoriser une agriculture de proximité. Les légumes pouvant être vendus sur une trentaine de marchés à moins de 25km des lieux de production.

Et pourtant des bulldozers y sont installés depuis décembre 2020

Petit à petit nos terres agricoles disparaissent avec des conséquences néfastes sur l’ aggravation des inondations, le renouvellement des nappes phréatiques et le réchauffement climatique, De plus, en cas de conflit ou de pandémie mondiale, que mangerons nous si tous les échanges internationaux sont bloqués et que nous ne devions compter que sur l’agriculture locale ? L’ancienne municipalité a déclenché ce projet d’installation de zone artisanale sur ces belles et riches terres agricoles, la nouvelle à laissé faire... quel gâchis !!!

Rosy INAUDI pour «Nous Pennois»
Le diagnostic complet est à disposition sur demande à «rinaudi13@gmail,com»

Rassemblement Nous Pennois,
écologistes, citoyens, solidaires

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.