Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

Expression politique

 

Édito du maire

Une démarche globale

Comme vous pourrez le lire dans le Pennois, nous allons prochainement lancer une opération «rénovation des façades» dans le village des Pennes. Cette démarche se fera en partenariat avec le Département, le CAUE (Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement) et évidemment avec vous. Cette initiative s’inscrit dans ce que nous entreprenons depuis plusieurs mois pour notre village : la complète réhabilitation du moulin qui bientôt produira de la farine, l’ouverture d’une nouvelle boulangerie, de boutiques et l’arrivée d’artisans. Un très beau projet fédérateur qui lie patrimoine et redynamisation économique.

Pour autant, j’entends parfois des voix dissonantes – heureusement peu nombreuses – nous reprochant de mettre toute notre énergie et tous nos moyens uniquement pour le développement du village. Il s’agit d’un faux procès. À plusieurs titres.

Tout d’abord, comment peut-on remettre en question le bien fondé de cette indispensable entreprise de rénovation d’un village auquel les Pennois, dans leur ensemble, sont si attachés ? Oui, un souffle nouveau nous attend ici dont toute la commune sera bénéficiaire. Ensuite, cette initiative n’est pas isolée. Ces dernières années, nous avons enchaîné les projets sur l'ensemble du territoire pennois. Je prendrai trois exemples symboliques en commençant par La Voilerie, située à l’est de la ville. Voirie, stationnement, éclairage public, jardin d’enfants, ce quartier a connu, il y a deux ans, une complète rénovation.

Puis, quelques mois plus tard, était lancée la réhabilitation de la place des Cadeneaux dont tout le monde se félicite aujourd’hui tant sur le plan esthétique que pratique. Enfin, en descendant plus au Sud, La Gavotte. Ici, la requalification du quartier bat son plein : l’Espace Jean Moulin est achevé, la place des Tabors en passe de l’être et bien sûr il y a les grands projets que les Pennois voient grandir sous leurs yeux, jour après jour, au niveau du chemin de Val Sec. Bientôt, ils pourront bénéficier de services modernes, pratiques et durables : un groupe scolaire, un pôle petite enfance, un foyer seniors, un restaurant intergénérationnel et une Idéethèque.

Autant de projets qui montrent que notre commune continue et continuera de se développer dans le bon sens. Pour tous. Partout.

Michel Amiel
Maire des Pennes-Mirabeau


100% POUR LES PENNES-MIRABEAU

Nous l’avions promis durant la campagne électorale, c’est fait ! Toute l’équipe de 100% pour les Pennes-Mirabeau se réjouit de l’implantation de l’entreprise «Comme Avant» sur notre commune.

Cette entreprise familiale en «hyper-croissance», qui s'est fait une spécialité de produire de façon éthique et écologique des produits «d’antan», a choisi notre commune pour établir son siège social et a pour ambition de faire produire localement, sur nos terres, une partie des ingrédients nécessaires à sa production. Ce succès, rendu possible après plusieurs mois de travail et de discussions entre les représentants de cette entreprise et les services de la ville, symbolise la politique locale que nous souhaitons mener et développer sur toute la durée de notre mandat. À savoir une politique axée sur le «consommer local», respectueuse du développement durable et favorisant le développement économique.

Nous sommes convaincus qu’à l’heure de la mondialisation effrénée, d’une crise économique sans précédent suite à la crise sanitaire, et du réchauffement climatique, il est devenu primordial pour les collectivités locales, au premier rang desquelles les communes, de se réinventer en proposant et en impulsant un nouveau mode de vie pour leurs habitants. C’est ce que nous avons souhaité anticiper, sur le volet patrimonial, en décidant de relancer l’activité de notre moulin, véritable symbole de la production en circuit court aux Pennes-Mirabeau, qui permettra à terme la fabrication de pains véritablement «pennois», mais aussi sur le volet économique avec donc l'implantation de l'entreprise «Comme Avant».

Dans les années 60, Les Pennes-Mirabeau ont inventé une nouvelle forme de consommation dont Plan de Campagne était le symbole. Nous ne le renions pas car nous étions alors en plein essor de la modernité. En 2020, notre commune doit inventer une nouvelle forme de production et celle-ci doit être locale. Car c’est aujourd’hui que se préparent les emplois et la vie quotidienne de demain.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


ENSEMBLE POUR LES PENNES-MIRABEAU

Nous 6, qui constituons le groupe «Ensemble pour les Pennes-Mirabeau», sommes bénévoles, non rémunérés ! Nous sommes tous habitants de la commune et investis de longue date dans le tissu associatif et professionnel local. Notre rôle d’élu est la suite logique de notre dévouement quotidien pour notre commune et ses habitants. Ajoutons que nous sommes les seuls conseillers ne vivant pas grâce aux deniers publics. En effet, tous les membres de la majorité perçoivent des indemnités d’élus (M. le Maire et son épouse reçoivent 6 SMIC d’argent public par mois), Mme Inaudi vit grâce aux indemnités du département, et M. Fusone est salarié de la région comme collaborateur du groupe RN.

Attachés viscéralement à la démocratie locale, au respect de la loi et à la participation des habitants à la vie de notre commune, nous intervenons, questionnons, faisons des propositions dans le but que toutes les délibérations municipales servent l’intérêt général. Nous voulons une bonne utilisation de l’argent public ainsi que le respect de la loi qui garantit le bon fonctionnement de notre démocratie.

Mais cette volonté de transparence dérange. Nos prises de parole sur des délibérations fondamentales pour l’avenir de notre ville sont limitées, nos interventions commentées par des remarques pleines de morgue et de mépris. C’est pour cela que nous invitons les pennoises et les pennois à venir assister aux Conseils Municipaux afin que chacun puisse se faire une idée de la tenue de ces conseils et participe à faire respecter la démocratie locale.

Nous vous invitons aussi à venir à notre rencontre dans notre permanence qui est située au 14 Bd Victor Hugo au village des Pennes-Mirabeau pour échanger et répondre à vos questions, car la proximité est notre maitre mot et l’équipe de bénévoles que nous formons a pour ambition de toujours mieux vous représenter.

Vos élus : Joëlle REYNAUD FIORILE, Cathia DELAVEAU,
Solange GORLIER LACROIX, Jean-Claude CABRAS,
Charles LECLERC et Romain AMARO
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : 06 12 99 98 18


PRÉSERVER NOTRE CADRE DE VIE

Les multiples mesures gouvernementales que nous subissons, nous paraissent souvent brouillons, parfois incongrues : La fermeture de nos petits commerces alors que les hypermarchés font bombance ; les files d'attente devant les «Mc DO», pendant que nos restaurants qui respectent les protocoles sanitaires sont fermés.

Le masque obligatoire à l'école dès 6 ans ! Le tout avec des hôpitaux exsangues du fait des diminutions de budget de ces dernières décennies et ce n'est pas fini ! Car à ceci s'ajoute la menace terroriste qui se renforce car oui l'agneau blessé attire le loup. Il nous arrive de nous croire dans un roman de sciences fiction. Réveillons-nous !

Ne cédons pas à la panique, à l'hystérie ambiante et aux déferlements de chiffres de nos TV. Le nombre de cas dit «positifs» n'est pas le nombre de morts ! Oui il faut protéger les plus fragiles, sans pour autant séparer les familles, car nos proches participent à notre bonne santé morale et donc physique. Oui il faut se laver les mains, le plus souvent possible, et se protéger pour limiter les risques de contamination, mais doit on nous imposer de masquer nos petits dès 6 ans ! 8 heures par jour et 4 jours par semaine ! Oui il faut être vigilent, afin de nous préserver de la menace terroriste : nos forces de l'ordre doivent être focalisées sur la sécurité et non la verbalisation des «non masqués».

Nous avons demandé à M. le maire d'établir un arrêté autorisant l'ouverture des petits commerces. Nous n'aurions gagné que quelques jours peut-être, mais le message des Pennois aurait été transmis avec force. Nous regrettons que ce dernier y ait vue une annonce démagogique.

Nous connaissons comme chaque année, une vague de vols aux Pennes-Mirabeau, et nous réitérons nos demandes de patrouilles de police municipale de nuit et de caméras supplémentaires. Nous continuerons nos propositions car certaines ont convaincu M. le maire. Le bon sens fini par s'imposer. Soyons pragmatique, gardons la tête froide et le cœur vaillant !

Contact : Maximilien Fusone au 06 03 45 45 78
et par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


NOUS PENNOIS, ÉCOLOGISTES, CITOYENS, SOLIDAIRES

Les conséquences sanitaires, économiques, sociales et environnementales du changement climatique appellent les citoyens et les politiques à opérer des changements dans les modes de production et de consommation afin d’obtenir des résultats concrets. L’occupation du territoire, la protection des zones naturelles, l’organisation des transports, sont, dans ce cadre, des enjeux essentiels.

La municipalité peut-elle agir dans ces différents domaines ? Et de quelle façon ?

- Il est impératif de préserver ce qu’il reste de nature et d’agriculture sur notre commune, tout en assurant les constructions nécessaires pour répondre aux besoins de logement. Concilier ces deux ambitions est possible : La commune est remplie de friches et de délaissés qui peuvent accueillir de nouveaux logements. On peut mettre ce potentiel de construction au service, entre autres, de ceux qui en ont le plus besoin, avec une politique communale de logements sociaux qui permettra de rattraper le retard accumulé. La municipalité peut également constituer une réserve foncière publique, qui pourra satisfaire aux besoins d’équipements collectifs : un lycée, par exemple...

- La circulation interne sur notre commune, avec ses zones éloignées les unes des autres, occasionne des embouteillages insupportables aux heures de pointe. (Exemples les secteurs Ste- Elisabeth ou J. Monod). Et l’aménagement du carrefour de la Gavotte n’a apporté aucun désengorgement pour rejoindre Marseille, le matin. Or, si la compétence « mobilité » relève de la Métropole, notre commune peut s’en faire entendre si elle propose et défend de manière déterminée une vision d’ensemble : cheminements piétons et vélos, transports en commun correspondant aux besoins des usagers, espaces apaisés autour des écoles... Cela suppose d’associer la population à la réflexion sur l’élaboration d’une politique communale. L’intervention citoyenne est indispensable à la gestion du territoire et la défense de notre qualité de vie.

Rassemblement Nous Pennois,
écologistes, citoyens, solidaires

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.