Les Pennes-Mirabeau : une ville au pluriel

La chronique provençale

Illustration

 

La Broufado di marinié dóu Rose

Faire marina touto la niue dins un pau d’òli de trancho fino de biòu (dins lou paleiroun, acòs’s bèn), emé de lausié, ferigoulo, roumanin, dous clavèu de girofle e d’aiet.
Dins uno glouto, vuja d’òli d’óulivo.
Coumença pèr metre uno coucho de cebo e d’aiet, pièi uno trancho de biòu. Renja coume acò li lesco de viando à-de-rèng, en alternant emé de lié de cebo. Faire autant de coucho que i’aura de trancho de viando. Entre chasco coucho, pebra e sala (pas trop, qu’après se vai apoundre d’anchoio), arrousa d’un vèire de vinaigre. Apoundre lis erbo e espèci de la marinado.
Tapa la glouto d’uno sieto pleno d’aigo à guiso de curbecello. Couire un parèu d’ouro à pichot fiò.
Apoundre un vèire de vin rouge, quàuqui cuié de tapeno chaplado, un fielat d’anchoio pèr cadun, liga la sauço em’un pessu de farino.
Bon besoun, bagna d’un pau d’aigo tousco, leissa mitouna encaro uno bono ouro.
Servi uno lesco de biòu dins la sieto e ié faire la crous dessus em’uno rajado de bon òli d’óulivo.

Receto reculido pèr Bernard Granier (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo).

Bon apetis !
(prounouncia “appétit” coume en francés, que lou i finau es toujour touni en prouvençau, dounc es uno errour de dire «bon appÈtit» en apielant sus la rèire-silabo coume s’entènd souvènti-fes)

 

Traduction :

La broufade des mariniers du Rhône

Faire mariner toute la nuit dans un peu d’huile d’olive des tranches fines de bœuf (dans le paleron c’est bien), avec du laurier, du thym, du romarin, deux clous de girofle et de l’ail.
Dans un poêlon en terre ou en fonte, verser de l’huile d’olive.
Commencer par mettre une couche d’oignon et d’ail, puis une tranche de bœuf.
Empiler comme ça les tranches de viande l’une après l’autre, en alternant avec un lit d’oignon.
Faire autant de couches qu’il y aura de tranches de viande. Entre chaque couche, poivrer et saler (pas trop, parce qu’après on va ajouter des anchois), arroser d’un verre de vinaigre. Ajouter les herbes et épices de la marinade.
Couvrir le poêlon d’une assiette pleine d’eau en guise de couvercle. Cuire deux heures à petit feu.
Ajouter un verre de vin rouge, quelques cuillères de câpres hachées, un filet d’anchois par personne, lier la sauce avec une pincée de farine.
Si besoin, mouiller avec un peu d’eau tiède et laisser mijoter encore une bonne heure.
Servir une tranche de bœuf dans l’assiette et faire la croix dessus avec un filet d’huile d’olive.

Recette recueillie par Bernard Granier (Ecole Pennoise de Langue Provençale).

Bon appétit !
(en provençal, prononcer appétit comme en français car le i final est toujours tonique, donc c’est une erreur de prononcer « bon appÈtit en appuyant sur l’avant-dernière syllabe comme on l’entend souvent).


Chronique d'octobre :

Septèmes ou Sétème

Es estounant de vèire coumo lei noun de lue pouedon chanja souto l'influènci de l'ourtougrafo e tambèn emé l'arribado de gènt que soun pas de l'endré. Un bèl eisèmple emé Septèmes, lei gènt dou vilàgi an toujour di "Sétème" mai leis nouvèu arriba an vist lou "p" e l'an prounouncia mai countunien de dire "Je suis le septième" sènso fa entèndre la letro "p". Anas coumprendre! Es coumo acò, poudèn rèn li faire. Escoutas lei nouvèu Marsihés parla d'Allauch, de Menpenti, d'Arenc o de Carry : l'acènt touni a dispareissu, leis "en" prouvençau devènon de "an" e lei letro finalo si fan entèndre. Lou paure Gandhi disié que "l'errour devèn pas verita quouro s'espandisse" mai ai pòu qu'acò siegue plus d'atualita. Pèr vous amusa, assajas de fa dire à vouéstrei counoueissènt "Je suis allé à Menpenti avec M. Bourrely", aurés lèu tria lei gènt dou peïs d'emé leis autre.

Bernard Rémuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

Traduction :

Septèmes ou Sétème

Il est étonnant de voir comment les noms de lieux peuvent changer sous l’influence de l’orthographe e aussi avec l’arrivée de gens qui ne sont pas du cru. Un bel exemple avec Septèmes, les gens du village ont toujours dit « Sétème » mais les nouveaux arrivés ont vu le «p» et l’ont prononcé, mais ils continuent de dire « je suis le septième » sans faire entendre la lettre p. Allez comprendre ! C’est comme ça, on ne peut rien y faire. Écoutez les nouveaux Marseillais parler d’Allauch, de Menpenti, d’Arenc ou de Carry : l’accent tonique a disparu, les «en» provençaux deviennent des «an» et les lettres finales se font entendre. Le pauvre Gandhi disait que «l’erreur ne devient pas vérité lorsqu’elle se propage» mais j’ai peur que cela ne soit plus d’actualité. Pour vous amuser, essayez de faire dire à vos connaissances «je suis allé à Menpenti avec Monsieur Bourrely», vous aurez vite fait le tri entre les gens du pays et les autres.

 

CHRONIQUE MENSUELLE

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.