Bouton twitter Bouton facebook

Expression politique


 

PETITE ENFANCE
Au coeur de nos priorités

Depuis plusieurs années, nous avons fait le choix d’ouvrir la porte à l’art dans nos structures d’accueil en intégrant le dispositif «La Nouvelle Vague». C’est un acte fort puisque des artistes interviennent auprès de l’ensemble du public concerné : les enfants évidemment, mais aussi le personnel et les parents. Un acte formateur aussi, car la sensibilisation aux pratiques culturelles et artistiques favorise, dès le plus jeune âge, la curiosité, la construction et l'épanouissement de l’enfant. Selon plusieurs études, l’art aurait également un effet positif sur le développement de comportements positifs chez l’enfant comme l’entraide, le partage et l’empathie.

Cette démarche n’est qu’une part de tout ce que notre commune déploie pour les plus jeunes des Pennois afin qu’ils s’épanouissent dans leur ville, notamment via les différentes possibilités d’accueil. En tant que mère, j’ai vécu le questionnement des parents face au choix du mode de garde pour les enfants. Alors, ici, afin de garantir une offre plurielle et de qualité, nous avons toujours accordé une très grande importance au développement des structures d’accueil collectif. Aux côtés de nos crèches et halte-garderie municipales sont nées trois micro-crèches. Sans oublier bien sûr la Maison câlins qui depuis octobre 2010 accueille enfants et parents pour un moment de pause, de rencontre et d’interactions.

Parallèlement, le mode de garde non-collectif a pris de l’essor au fil des ans, avec la création d’une permanence aux Pennes-Mirabeau du relais d’assistantes maternelles et l’ouverture d’une MAM (Maison d’assistantes maternelles). Notre politique envers la petite enfance se veut la plus globale possible. C’est pourquoi, j’ai souhaité que les enfants bénéficient en crèches de «menus uniques», donc identiques à toutes les structures de la petite enfance. Une volonté devenue réalité depuis mars 2018. Désormais, les menus sont élaborés par les diététiciennes du Service Restauration de la mairie et suivent évidemment les recommandations du Groupe d’étude des marchés restauration collective et nutrition, chargé d’établir des consignes précises en matière d’équilibre alimentaire. Cerise sur le gâteau, dans notre commune, ces menus sont cuisinés sur place. Une chance pour les tout-petits Pennois en termes d’équilibre et de qualité alimentaire, notamment au niveau du goût.

Je terminerais cet éditorial par des remerciements. Merci à l'ensemble des équipes municipales œuvrant au quotidien auprès et pour les enfants. La distinction «Ville amie des enfants» que l’UNICEF accorde à notre commune depuis 2006 est aussi la leur.

Monique Slissa
Maire des Pennes-Mirabeau


LES PENNES-MIRABEAU D’ABORD

Jamais avare de conseils – plutôt que de véritables propositions pour notre commune –, Monsieur Romain Amaro, conseiller municipal Les Républicains, reproche à notre majorité de «travailler la forme plutôt que le fond». Il serait judicieux que cet élu, en campagne depuis longtemps, pose le même regard sur lui-même. N’indiquait-il pas lors du conseil municipal du 28 mars avoir fait le «choix de ne plus venir dans les commissions». Peut-être parce qu'elles ne sont pas filmées ? On peut se le demander, car M. Amaro indique qu’il préfère poser les questions en conseil municipal... filmé, afin «que la population puisse être au courant de ce qui se passe». Et surtout pour se donner en spectacle...

En tant qu’élu, il devrait savoir que le conseil municipal n’est pas un show. De plus, les commissions auxquelles il ne participe pas, sont des instances abordant d’importants sujets techniques et permettent de nombreux échanges.

Cette attitude permet de comprendre l’état d’esprit de ce conseiller qui pourtant reproche aux autres ce qu’il fait lui-même : du spectacle ! Et de spectacle, il en est question sur les réseaux sociaux sur lesquels nous sommes contraints de revenir encore une fois. Ces dernières semaines, Monsieur Amaro, comme Monsieur Maximilien Fusone, conseiller municipal du Rassemblement National, se sont complu à multiplier les posts tapageurs sur des actes de vandalisme sur des véhicules. Loin de renier ces faits inadmissibles, nous, nous faisons le choix de l'action, en partenariat avec les forces de police compétentes qui mènent leurs enquêtes et n’ont nul besoin d’être perturbées par la communication digitale à outrance dont usent ces conseillers municipaux. C’est irresponsable de leur part.

Notre majorité n’entrera pas dans cette course à la démagogie et à la récupération électorale. La connaissance de nos dossiers, le travail sur le terrain et l’écoute permanente des Pennois demeurent nos objectifs prioritaires.

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


LES PENNES BLEU MARINE

Depuis des semaines, la nuit, des voitures sont dégradées, de nombreux vols et cambriolages sont perpétrés. Une façade de maison a été criblée de balles !

Le matin, avant de partir au travail ou d’emmener les enfants à l’école, retrouver sa voiture vandalisée est inacceptable. Comment en est-on arrivé à cette situation ? En octobre 2016, la majorité Amiel-Slissa a décidé de livrer notre ville, la nuit, aux délinquants. En effet, ces élus ont décidé de supprimer les patrouilles nocturnes de la police municipale ! Dorénavant, seule la police nationale de Vitrolles patrouille afin de couvrir 7 villes ! autant dire mission impossible.

Mais si notre ville est une cible privilégiée des délinquants, c’est aussi dû au sentiment d’impunité. Depuis des années nous dénonçons les agissements de certains bénévoles d’association qui ont pignon sur rue. Ces derniers sont ouvertement hostiles à la police et fascinés par la drogue.

Nous avons demandé des sanctions mais la majorité municipale les a toujours soutenus et financés ! Quant aux «Les Républicains», trouvant qu’ils n’étaient pas assez financés, ils ont organisé un loto pour leur faire gagner encore plus ! Le message envoyé par ces élus est catastrophique. Nous, au contraire, nous préconisons la tolérance zéro, le rétablissement des patrouilles de police la nuit, ainsi que le doublement des effectifs de police et la mise en place d’un réseau de caméras aux endroits stratégiques.

Surréalistes. Lors du vote du budget, nous avons posé une question simple. Pour l’année 2019, nous avons 9 employés municipaux en moins. Les diverses augmentations, comme le SMIC, s’annulent avec les baisses de certaines charges, autrement dit, elles n’ont aucune incidence sur notre budget. Nous avons demandé : comment se fait-il que les charges en personnel augmentent de 340 000€ alors que le nombre d’employés diminue ? Aucun élu de la majorité n’a été en mesure de nous répondre, prétextant qu’il s’agissait d’une question trop technique !

Maximilien Fusone
Tél. : 06 03 45 45 78
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


GROUPE Les Républicains

Lors du conseil municipal du 28 mars, la majorité a informé les Pennois que le coût du bâtiment «Idéethèque» est d’environ 40% du chantier de la Gavotte. Avec les divers avenants au budget initial, à ce jour, cela correspond à un montant d’environ 7 à 8 millions d’euros Hors Taxes financés à 100% par nos impôts.

Nous sommes convaincus que ce projet d’idéethèque et son coût démesuré ne correspondent pas à la volonté des Pennois. Nous ne pensons pas qu’investir une telle somme soit réellement profitable aux habitants du Plan des Pennes, de la Voilerie, des Barnouins ou même du Vieux-Village. Pour que ce lieu soit utile, il faut qu’il soit accessible. Actuellement, la desserte de transports en commun ne le permet pas. Les Pennois habitant hors de la Gavotte devront donc prendre leur voiture. Le problème est qu’il n’y a que 23 places de parking prévues pour l’ensemble du bâtiment. Le principe de l’équité entre pennois nous semble déjà bien compromis avant même la sortie de terre de ce bâtiment.

Mme Le Maire argue que ce sera un projet novateur. Pour nous, il n’y a rien de novateur à installer des commerces déjà existants dans un nouveau cadre. Galaxy Geek est implanté sur la commune depuis plusieurs années, la librairie Alinéa de Martigues est déjà invitée à toutes les manifestations culturelles organisées par la ville. Dans la description du projet de bibliothèque multi-projet présenté par la Mairie, le seul point innovant est le restaurant multigénérationnel. Hélas, celui-ci devait être géré par le centre social, qui a été fermé l’année dernière. Nous rejoignons Mme Slissa sur un point : «une bibliothèque, ça fait un beau bâtiment, mais pour qu’il soit vide, nous ne voyons pas l’intérêt». Surtout à plus de 7 millions d’euros hors-taxe (selon ce qui a été déclaré oralement).

Geneviève BATTINI et Romain AMARO
Elus républicains d’opposition
Tél. : 06 26 16 49 37


GROUPE PENNES-AVENIR

Développer les valeurs de la gauche, dans le contexte du Pennois est difficile avec 2000 caractères à disposition.

La majorité municipale macroniste, bien qu’elle s’en défende, répond au groupe LR qui se droitise et au RN fidèle à lui-même, les attentes réelles des Pennois au milieu de ces querelles passeraient au second plan. Ainsi au cours du conseil de janvier Mr FUSONE, après avoir déversé tout son venin, a confirmé son opposition au pluralisme de la presse et son accord pour que les groupes financiers aient la main sur les médias. De fait, le RN s’oppose à tout : le paiement par la mairie du carburant des véhicules municipaux, les subventions de soirées J à AC2N, aux groupes de RAP. Rien ne trouve grâce à ses yeux.

Quant au LR : son orateur «déclame» à longueur de conseils qu’il faut doubler les effectifs de la Police Municipale, il sait bien que les députés et sénateurs LR sont pour la suppression massive de fonctionnaires. C’est pareil quand il déplore les 11 départs à la retraite de personnel de la mairie non remplacés. Leur dernier tract est édifiant : des caméras et la police municipale suffisent. Pas un mot sur la Police Nationale qui est pourtant le premier devoir régalien de l’état. Au dernier conseil, suite à mon intervention, notre sénateur Mr AMIEL a répondu «Je comprends que le Front de Gauche ne soit pas content d’un budget qui confirme qu’on ne remplace pas tous les départs aux Pennes».

Dans ce trio Macron, LR, RN, l’avenir, l’espoir et l’écologie sont foulés au pied. Il nous appartient d’affirmer clairement notre position de développer la notion d’Egalité, de Fraternité. Comment soutenir le service public, maintenir et créer des emplois pour le mieux vivre de tous. La délinquance est le fruit de ces manques, elle s’atténue si on les fait disparaître. L’Humain d’abord, c’est notre fil conducteur qu’il soit rouge ou vert. Mettons les idées de la gauche, de l’écologie en place sur notre commune.

Serge BARONI
PCF - Front de Gauche
Tél. : 06 42 90 95 27
Site : www.pcfseptemeslespennescabries.com

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.