Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

 

La sesoun que m’agrado lou miés

Vous l’aviéu déjà di, ai tant legi Pèire Magnan que si mot ressonon dins ma tèsto à mai d’uno óucasioun. E aqueste matin, me revèn dos image sourtido de dous rouman distint : l’óudour di pero maduro que perfumo lou vilage de Ribiés (Àutis Aup) cado autouno pèr-ço-que li gènt li meton à seca sus de cledo dins soun celié (1) e Barlo (Bàssis Aup) que counèis uno souleto sesoun : encaro l’autouno, gràci à la miliassado de coulour que lis aubre cargon quouro l’estiéu s’en vai. Tout d’un cop, mange dins mi vuech an, duerbe la porto de l’oustau e m’en vau courre dins lou penjant dóu prat d’en fàci e aqui, un mouloun d’óudour sauton à moun nas de pichouno espenenco que passo si vacanço au daut de Gap, en ribo dóu Buzoun (lou gaudre de l’endré) : uno mescladisso de pero, de poumo, de champignoun, de fueio mousido, de terro tubanto, de nose, de coudoun e meme de limaço. Pèr tout acò e au countràri de la majo-part di gènt, la sesoun que m’agrado lou miés es bèn l’autouno, la bello e siavo autouno.

(1) Le secret des andrônes
(2) Les courriers de la mort

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)


Traduction :
La saison que je préfère

Je vous l’avais déjà dit, j’ai tant lu Pierre Magnan que ses mots résonnent dans ma tête à maintes occasions. Et ce matin, il me revient deux images issues de deux romans distincts : l’odeur des poires mûres qui parfume le village de Ribiers (05) chaque automne parce que les gens les mettent à sécher sur des claies dans leur cellier, et Barles (04) qui ne connaît qu’une seule saison : encore l’automne, grâce à la myriade de couleurs que revêtent les arbres lorsque l’été s’en va. Soudain, j’ai huit ans, j’ouvre la porte de la maison et une multitude d’odeurs saute à mon nez de petite Pennoise qui passe ses vacances au-dessus de Gap, au bord du Buzon (le torrent du coin) : un mélange de poire, de pomme, de champignon, de feuille moisie, de terre fumante, de noix, de coing et même d’escargot. Pour tout cela et au contraire de la plupart des gens, la saison que je préfère est bien l’automne, le bel et calme automne.


Chronique d'octobre :

Entre la pèsto e lou coulera

Ai ausi i’a gaire de tèms que i’avié de gènt malaut dóu coulera en Algerìo (iéu que, dins moun simplige, cresiéu qu’èro uno malautié di tèms ancian !). Ai pensa, de segur, à Giono e soun « hussard sur le toit », rouman di chanu que se debano dins li Bàssis Aup dóu tèms lou coulera de 1832, d’un realisme à vous douna la car de galino e meme lou bòmi !

Fau se remembra que la Prouvènço fuguè toucado pèr mai d’uno epidemìo au fiéu de soun istòri :
- De segur, tout lou mounde counèis la pèsto de 1720, bèu presènt dóu « Grand Sant Antòni » que se n’en sarian bèn passa e que faguè mai o mens 40 000 mort rèn qu’à Marsiho e belèu 120 000 dins touto la Prouvènço.
- Mens liuen dins lou tèms, la gripo de 1918, vertadiero pandemìo que faguè mai de vitimo que la grando guerro.
- E passe lèu sus la veirouleto, l’estrangloun o lou tifus…
Fau bèn garda dins l’esperit qu’aquéli flèu poudrien mourreja un jour o l’autre, subre-tout dins nòsti tèms tourmenta ounte li gènt se fison plus gaire i vacin, à tort o à resoun…

 

Traduction :

Entre la peste et le choléra

J’ai entendu il y a peu de temps qu’il y avait des gens malades du choléra en Algérie (moi qui, dans ma naïveté, croyais que c’était une maladie des temps anciens !). J’ai pensé, bien sûr, à Giono et son «hussard sur le toit», excellent roman qui se passe dans les Alpes de Haute Provence pendant le choléra de 1932, d’un réalisme à vous donner la chair de poule et même la nausée !

Il faut se rappeler que la Provence fut touchée par plus d’une épidémie au fil de son histoire :
- bien sûr, tout le monde connaît la peste de 1720, beau cadeau du «Grand Saint Antoine» dont nous nous serions bien passé et qui fit plus ou moins 40 000 morts rien qu’à Marseille et peut-être 120 000 dans toute la Provence.
- Moins loin dans le temps, la grippe de 1918, véritable pandémie qui fit plus de victimes que la grande guerre.
- Et je passe rapidement sur la variole, la diphtérie (croup) ou le typhus…
Il faut bien garder à l’esprit que ces fléaux pourraient pointer le bout de leur nez un jour ou l’autre, surtout en ces temps tourmentés où les gens n’ont plus guère confiance dans les vaccins, à tort ou à raison…

Valérie Payan (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

 

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.