Bouton twitter Bouton facebook Bouton google +

La chronique provençale

Illustration

 

Pichóunei bèsti de l'oustau e dóu jardin

En prouvençau, lou noum deis animau es souvèntei-fes diferènt dóu noum ouficiau francés. Anan va vèire emé leis insèite e àutrei bestiolo.
Dins l'oustau, veiren d'aragno dins sei taranigno, de moueissalo, de fournigo, de mousco, de pourquet de Sant-Antòni, d'arno dins leis armàri e mume d'escourpien.
Dins lou jardin, suncò anan licheta, pourren destrauca de galèro, de boubiéu, de loumbrin. Sus lei chin, auren lei langasto e lei niero, sus lei galino, lei pepidoun, sus leis aubre e lei planto, veiren de parpaioun, de cacarineto vo miés de catarineto, de touaro, de sùmi, de puou, d'aragno cambarudo, de pregadiéu e óubliden pas lei coupo-pèd dins lei fruei.
E mèfi eis abiho,ei cabridan,ei guèspo, ei tavan
E la tiero es pas acabado, l'acabaren bessai lou còup que vèn.

Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :
Petites bêtes de la maison et du jardin

En provençal, le nom des animaux est souvent différent du nom officiel français. Nous allons le voir avec les insectes et autres bestioles.
Dans la maison, nous verrons des araignées dans leur toile, des moustiques, des mouches, des fourmis, des cloportes, des mites dans les armoires et même des scorpions.
Dans le jardin, si parfois nous bêchons, nous pourrons découvrir des scolopendres, des courtilières, des vers de terre. Sur les chiens, nous aurons des tiques et des puces, sur les poules, des poux de volaille. Sur les arbres et les plantes, nous verrons des coccinelles, des papillons, des chenilles, des punaises, des pucerons, des faucheux, des mantes religieuses sans oublier les perce-oreilles dans les fruits.
Et attention aux abeilles, aux frelons, aux guêpes et aux taons.
La liste est incomplète, nous verrons tout cela une autre fois.


Chronique de décembre :

Pèis et àutrei cavo de la mar

Es de remarca que foueço pescaire e pescadou an, dins sa pratico counserva lou noum dei pèis en prouvençau. Countunien de parla de roucau, de mùjou, de dènti, d’escourpeno, de loup, de mourmeno, de bogo-ravello, de tóuteno, de sùpi e de tant d’autre. De soun coustat, lei peissounié parlon pulèu francés o mume latin e lou paure bóudruei devèn uno « queue de lotte ». Es coumo acò, la rodo viro mai sian pas mens couioun si « dejunan » à miejour en manjant de calamar pulèu que de dina en manjant de tóuteno.

Bernard Remuzat (Escolo Espenenco de Lengo Prouvençalo)

 

Traduction :
Poissons et autres choses de la mer

Il est à remarquer que de nombreux pêcheurs, qu’ils soient plaisanciers ou professionnels ont conservé le nom des poissons en provençal. Ils continuent de parler de «roucau» (labres) de «mùjou» (mulets), de «dènti» (dentés), d’«escourpeno» (chapons), de «loup» (bars), de «mourmeno» (marbrés), de «bogo-ravello» (dorades roses), de «tóuteno» (calmars), de «sùpi» (seiches) et de tant d’autres. De leur côté, les poissonniers parlent plutôt français et même latin et «le pauvre baudroie» devient une queue de lotte. C’est ainsi, la roue tourne mais nous ne sommes pas moins bêtes si nous déjeunons à midi en mangeant des calmars plutôt que si nous dînons en mangeant des « taoutènes ».


Chronique mensuelle

Ces textes en langue provençale sont proposés par l’association pennoise Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo.
L'objectif de cette chronique est de faire ni passéisme ni folklore, mais de parler dans la langue locale -le provençal- de tous les sujets. Le provençal, seule langue régionale à avoir obtenu, sous sa forme littéraire, un prix Nobel, a aussi des particularités dialectales. C’est pour cette raison que les textes sont écrits tantôt en langue littéraire, tantôt dans le provençal parlé dans la région de Marseille et des Pennes-Mirabeau.

L'Escolo Espenenco de Lengo Prouvencalo
Renseignements : 04 91 09 08 74

 

Météo locale

Prévisions Les Pennes-Mirabeau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.